HISTOIRES DE L’IMMIGRATION CLANDESTINE EN ITALIE. PORTRAITS DES JEUNES MIGRANTS

Pendant la réunion de lancement du projet SALEMM (Turin, juin 2013), les représentants des partenaires se sont montré intéressés à inclure des portraits des jeunes migrants irréguliers de Tunisie et Maroc, dans les activités de communication.

En essayant de décourager des voies de migration irrégulière, le bureau OIM Rome a identifié une agence media qui avait de l’expérience dans la production TV mais, à la fois, qui puisse accompagner un parcours capable d’engager des jeunes migrants irréguliers dans la création de 5 films destiné au public en Tunisie et en Maroc.

Les films se basent sur l’idée que pour contrarier les histoires trompeuses souvent faites par ceux qui arrivent en Europe en dehors des voies régulières, il faut montrer la dure réalité. Ceux qui quittent leur pays illégalement décrivent à leurs pairs dans les pays d’origine une situation de succès qui est souvent lointaine de la réalité, augmentant ainsi l'idée d'un el dorado où il est facile de trouver un emploi et de vivre confortablement.

Tout à fait, les antécédents les plus communs sont histoire de marginalisation ou pire, de micro-criminalité et de déviance en raison de la gêne qui doivent affronter ceux qui partent sans un projet migratoire bien défini. À partir d’un travail de recherche et d’entrevues avec des dizaines des jeunes résidant illégalement à Turin, ont été formulées 6 histoires que peuvent résumer les antécédents les plus communs parmi ceux qui arrivent en Italie par des voies irrégulières. Cette phase de la recherche a été accompagnée par un médiateur culturel qui a facilité l'interaction avec les jeunes et la traduction des entrevues. Ensuite, des séances de casting ont été réalisées pour identifier des jeunes acteurs qui pourraient interpréter des histoires courtes et donner un visage aux personnages pensé dans les scenarios. La production des vidéo-portraits a été suivi avec intéresse par certains étudiants qui ont pu suivre de prés tous les travails de tournage avec une troupe des professionnels. Les deux premiers vidéo-portraits seront diffusés dans la campagne de sensibilisation en Tunisie et peuvent ensuite être utilisés comme matériel de prévention pendant les suivants activités organisées par OIM e par les partenaires du projet SALEMM dans les écoles.