20 REGARDS DE JEUNES TUNISIENS SUR LA MIGRATION

La première phase de la campagne de sensibilisation du projet SALEMM a été lancée en mai 2014 avec deux séances de casting annoncées publiquement à Tunis et Sfax. On cherchait jeunes tunisiens entre le 18 et le 25 ans avec un peu d’expérience et beaucoup d’idées.

Cette importante composante du projet vise a identifier un group de 20 « Ambassadeurs » intéressés à participer à un parcours de formation sur les techniques de production audiovisuelle. L’objectif principal des ateliers, articulé en 30 ateliers, est de réaliser une série de courts-métrages destinés à la diffusion nationale, comme composante de la campagne d’information officielle SALEMM. Pendant les 3 mois d’ateliers menés par professionnelles de l’industrie audiovisuelle, les jeunes ont pu essayer leur main le développement d’idées a travers de l’écriture de scénarios courts, le tournage et le montage vidéo.

La production de courts-métrages a impliqué la participation directe de jeunes « Ambassadeurs » dans chaque phase de la production, pour réaliser une série de courts-métrages, de clips, de publicités et de courts documentaires intitulés « 20 regards sur la migration ». Les vidéos représentent un regard diffèrent sur le thème de la migration irrégulière et seront diffusés a travers les réseaux sociaux et les chaînes de télévision et de radio. Pour une fois, les jeunes parlent aux jeunes et suggèrent de nourritures pour la pensée a travers d’une représentation avec différents points de vue, en abordant une question complexe qui parte de expériences personnelles, témoignages authentiques et réflexions de jeunes auteurs qui interprètent le phénomène de la migration irrégulière non seulement comme un danger mais aussi comme un défi a la croissance du pays.  

La campagne commencera le 11 de décembre et aura résonance nationale ; toutes les activités de formation et de promotion en Tunisie ont été coordonnées par l’agence 010. La campagne de sensibilisation prévoit aussi une série de présentations publiques dans le cadre de certains « Salons des opportunités » qui seront organisés en Maroc et Tunisie, au début de 2015.

Certains jeunes ambassadeurs, à conclusion du parcours de formation, commentent ainsi leur expérience:

Ahmed Boussarssar (20 ans): « Le projet SALEMM nous a donné l’opportunité d’exposer nos idées, chacun selon son point de vue et son expérience. La migration irrégulière est un problème grave et pour ça que j’ai fait ma vidéo, pour faire passer le message aux jeunes qui veulent partir. Je veux leur dire qu’ils devraient réfléchir bien parce que s’ils veulent partir, ils peuvent le faire légalement mais ils devraient aussi penser que, dans notre pays, on peut trouver des alternatives à l’émigration ».

Amal Djebbi (22 ans): 'Le vidéo que j’ai réalisé représente un message d’espoir pour tous les jeunes qui vivent dans une condition de difficulté et qui ne voient pas d’autres perspectives que de partir. Il ne faut jamais perdre l’espoir, aussi dans les moments de difficulté c’est important d’avoir leur propre projet et le poursuivre. Si on veut vraiment migrer, il faut le faire consciemment. Faire cette vidéo a été une grande responsabilité et je suis heureuse d’avoir eu cette occasion; j’ai appris beaucoup de choses et je voudrai continuer à travailler dans ce domaine'.

20 SGUARDI DI GIOVANI TUNISINI SULLA MIGRAZIONE
 20 نظرة الشباب التونوسي للهجرة:
 20 نظرة الشباب التونوسي للهجرة: